lundi 9 septembre 2013

L'Étrange Festival, 19ème du nom, a commencé !

L’Étrange Festival. Pour les amateurs de films de genre, le rendez-vous annuel de la rentrée est un événement cinéphile incontournable. A chaque entame du mois de septembre, c’est un irrésistible défilé de films noirs, d’horreur, de SF et d’épouvante, un bestiaire cinématographique de tous horizons qui offre un programme si alléchant que confectionner son emploi du temps de projections est un vrai calvaire où les sacrifices sont légion.

Cette année encore, mes envies sont grandes, trop grandes pour mon temps limité, d’autant que cette année je n’ai pas cherché à avoir de places presse et que le Forum des images a augmenté ses tarifs. Mais je ne vais pas pour autant mégoter sur l’événement, d’autant que pour se mettre en jambes, j’ai pu voir rapidement deux des trois films coréens sélectionnés par l’équipe du festival. La  Corée du Sud est donc présente en force cette année, d’autant que l’un de ses représentants, « The Berlin File » a fait l’ouverture du festival et qu’il s’agissait là d’une chance quasi unique de voir le film de Ryu Seung Wan sur grand écran puisque vraisemblablement, Wild Side le sortira directement en DVD sous le titre peu inspiré « The Agent ». Le cinéaste coréen commence à avoir l’habitude, ses films n’ont jamais droit à une sortie en salles chez nous malgré sa réputation, d’autant que son cinéma très orienté vers l’action appelle à être vu sur grand écran. L’Étrange Festival nous avait déjà permis de voir son précédent, « The Unjust », avant de le voir débarquer en DVD.

Ryu Seung Beom, l’un des acteurs principaux du film, et accessoirement frère du réalisateur, a profité de la cérémonie d’ouverture pour faire le déplacement à Paris et effectuer la présentation la plus rapide à laquelle il m’ait été donné d’assister pour ce genre d’événement, l’acteur remontant déjà les escaliers pour regagner sa place alors qu’il venait d’arriver devant l’écran pour dire une petite phrase. L’homme a beau être peu prolixe devant le public, il demeure l’un des meilleurs traits de « The Berlin File » (ou « The Agent » je n’arrive pas à me décider sur l’appellation).

Il faut dire que le film souffre de maux similaires à ceux qui émaillaient « The Unjust » : une incapacité de Ryu Seung Wan à lancer ses films et à caractériser ses personnages, une difficulté à fluidifier son intrigue (ou plutôt ses intrigues) et à définir les enjeux dramatiques du film, laissant le spectateur errer dans le vague la moitié du temps ou peu s’en faut. L’action se situe à Berlin, il est question d’agents nord-coréens espionnés par des agents sud-coréens tout en étant surveillés dans leur propre camp. Pendant que les nord-coréens regardent par-dessus leur épaule, l’agent sud-coréen essaie de mener à bien son job malgré une hiérarchie peu coopérative qui voit d’un mauvaise œil l’anticommunisme primaire de celui-ci. Hum… Les courses-poursuites s’enchaînent, les coups de feu, les affrontements en combat rapproché à la Jason Bourne.

Une fois le récit finalement à peu près posé, on se rend compte que les scènes d’action claquent et que si tout semble parfois un brin ridicule et le jeu des acteurs coréens forcé lorsqu’il s’agit de jouer en anglais (surtout Han Suk Kyu, surtout connu en France pour le brillant « The President’s Last Bang »), « The Berlin File » parvient à monter en puissance vers un dernier acte qui déménage. Et rehausse le niveau d’un film plaisant mais peu mémorable. Des qualificatifs que je peux malheureusement adjoindre également au second film coréen vu lors de cet Étrange Festival 2013, « Confession of Murder ».

Pourtant contrairement à « The Agent », « Confession of Murder » part sur les chapeaux de roue. Une séquence d’ouverture proprement bluffante, un flic courant après un tueur dans les ruelles pluvieuses de Seoul, caméra à l’épaule virevoltante trouvant des angles incroyables et accompagnée d’un photographie saisissante. Cela dure dix minutes et l’on en sort scotchés, bouche bée, parés à déguster ce qui semble s’annoncer comme un polar hallucinant… et puis non. Fausse alerte. Après une mise en bouche explosive, l’euphorie retombe aussi sec. La mise en scène se banalise, la photographie retrouve une atmosphère banale et sans aspérité. Et pour ne rien arranger, le scénario n’est pas des plus solides, la faute à une chronologie pas toujours claire et à une situation peu crédible.

Le film se pose 17 ans après une série de meurtres de femmes dont l’auteur n’a jamais été arrêté. La prescription pour les meurtres est de 15 ans, et si donc le coupable était enfin identifié, la justice ne pourrait rien contre lui. Et justement, un homme sort de l’ombre en écrivant un livre dans lequel il confesse être le tueur en série ayant sévi 17 ans plus tôt. Un jeu du chat et de la souris s’installe entre le flic chargé de l’enquête à l’époque, les familles des victimes qui veulent le punir eux-mêmes, et l’autoproclamé tueur qui devient une star ultra médiatisée.

« Confession of Murder » n’est pas des plus subtils. On a beau sourire à la charge contre les médias et la médiatisation à outrance de tout un chacun, ici en l’occurrence un criminel, le réalisateur y va avec des sabots. Le film avance à grands coups de tiroir, tentant des révélations qui ne collent pas toutes à l’intrigue, il joue avec la chronologie avec fébrilité, empêchant le spectateur de vraiment s’attacher aux personnages. Et puis il y a ce détail qui tue un peu la crédibilité du postulat, celui d’avoir choisi un acteur ayant à peine plus de trente ans pour incarner un homme s’autoproclamant tueur en série ayant sévi 17 ans plus tôt sans qu’aucun personnage jamais se dise « Hé mais, il est pas un peu jeune lui pour avoir été un tueur en série à la fin des années 80 ?? » (l’essentiel du film se déroule en 2007). Avec une telle scène d’ouverture, il y avait pourtant de telles promesses, et un film si différent à faire.

Moi qui me réjouissait d’attaquer mon  Étrange Festival par deux films de genre coréens, la déception fut grande de constater sur quelles pistes tranquilles les festivités s’engageaient. Et puis l’antidote est arrivé. La petite douceur inattendue pour relever l’excitation et le plaisir de plusieurs niveaux. Un film dont je n’avais pas entendu parler avant le festival, venu d’un pays où le cinéma connaît une crise majeure ces derniers mois. La comédie fantastique espagnole « Ghost Graduation ». C’est la belle surprise de ce début de festival. Un délicieux bonbon où se côtoient tendresse, humour et fraîcheur avec un bel équilibre.

Prenez les personnages de « Breakfast Club » de John Hughes et basculez-les dans un univers et un ton qui rappellent « Hello Ghost », et vous aurez une idée de ce petit moment de bonheur qu’est « Ghost Graduation ». Raul Arevalo, vu dans le dernier Almodovar, y campe Modesto, un prof trentenaire qui depuis son enfance a la capacité de voir les morts… sauf que cela fait presque autant d’années qu’il pense qu’il s’agit là d’un signe de sa folie plutôt qu’un don surnaturel. Jusqu’au jour où il décroche un job dans un lycée où la jeune directrice est au bord du gouffre car les événements surnaturels qui s’y produisent inquiètent les élèves et leurs parents et poussent les professeurs à la démission. Pour Modesto, c’est peut-être le lieu propice pour surmonter ses peurs et ses doutes. Pour les cinq élèves qui hantent le lycée depuis 25 ans, Modesto va peut-être apparaître comme une porte de sortie.

Le réalisateur ne cache pas à travers son film son amour pour les comédies adolescentes américaines de John Hughes, et pour l’humour du cinéma américain en général. Son film est un hommage cinéphile qui a l’intelligence d’être visible au premier ou au second degré avec autant de bonheur. La tendresse qu’il éprouve pour ses personnages jaillit à l’écran pour trouver sa place auprès du spectateur qui se prend d’affection autant que le réalisateur pour ce prof qui se croit fou et ses élèves morts en cloque ou bourré. Quelques gags s’enfoncent un peu facilement en dessous de la ceinture, mais sans jamais entamer la plaisir qui se dégage du film. Une bouffée d’air après les deux stéréotypes coréens.  Voilà, l’Étrange Festival est enfin bien lancé !

13 commentaires:

I.D. a dit…

Tu résumes bien "The Berlin File" ou devrais-je écrire "The Agent", aaah les affres du retitrage. As-tu l'affiche correspondante ? ;) Sinon, il est dommage que Ryoo n'est pas plus mis en valeur Berlin.

"Confession of Murder", c'est apparemment ce que laissait présager la BA.

Par contre, ce film espagnol éveille ma curiosité.

David Tredler a dit…

J'ai pas encore vu l'affiche française de "The Agent" non, elle se fait attendre...
Oui c'est vraiment dommage d'être venu à la projection pour rester 4 secondes top chrono avec le micro en main.

Je t'encourage à voir le film espagnol ID, après tout on avait vu "Hello Ghost" ensemble et ça t'avait plus autant qu'à moi je me souviens ;)

I.D. a dit…

Tu ne vas pas être déçu de l'affiche. Je me suis rappelé de ton billet autour du market' d'un film sudco, sur... les traits asiatiques gommés. ;)

En parlant de "Hello Ghost", on attend, sans être trop patient le remake ricain...

David Tredler a dit…

OH MON DIEU !!! Je viens de trouver l'affiche française pour la sortie DVD ,et !!!!! Horrible. Et on arrive même pas à reconnaître Ha Jung-Woo (si c'est bien lui, y a comme un doute tellement c'est photoshopé....).

Pour le remake US de Hello Ghost... espérons qu'il fera partie de ces nombreux films dont un remake est annoncé mais ne voit finalement jamais le jour...

Phil Siné a dit…

ah zut, j'étais à Confession... moi aussi (mais peut-etre pas la même projo ?) et moi je l'ai aimé... comme quoi ! :)

Martin a dit…

Dis donc, dis donc... ça a l'air plutôt sympa, cette histoire. Je pense une fois de plus de ne pas avoir de téléporteur vers Paris !

David, tu es pour moi le spécialiste du cinéma coréen :D Je compte sur toi pour nous présenter tes autres coups de coeur de ce Festival ! C'est vrai que, de la manière dont tu décris "Confession of murder", on a l'impression d'un pitch intéressant. Quel dommage que le film s'essouffle après un départ en fanfare ! C'est un peu le cas de trop nombreux films...

Bon, en attendant, amuse-toi bien et reviens vite nous raconter !!!

Nyal a dit…

Je suis de l'avis de David sur "The Berlin file Agent" :)
Je n'ai pas vu voir "Confession of Murder". Cette ouverture éveille ma curiosité.
Dans les films visionnés lors du festival, le Dupieux était vraiment bon ("Wrong Cops") ; plus drôle que "Wrong". Et je peux dire sans rand risques que le documentaire "Death Metal Angola" va faire un petit bout de chemin en salle (soyons fou: un peu à la "sugar"). Ce documentaire a de grandes qualités et la seconde séance était complète à contrario de la première (cela sent l'excellent bouche oreille).

Le reste des films visionnées:
- Blood C: un dessin animé peu compréhensible pour les néophytes de la série. Je n'y arrive pas avec ces dessins 3D et les dessins animées CLAMP. Ce n'est pas mon trucs ;
- Europa report: film déjà vu et revu de SF. Rien d'original. Même si c'est bien fait ;
...

David Tredler a dit…

@Phil : J'étais à la projo du vendredi à 17h15 pour Confession...

@Martin : J'espère écrire un autre billet où je parlerai des autres films vus lors du festival.

@Nyal : Je n'ai pas entendu parler de Death Metal Angola, mais je vais le surveiller après ce que tu me dis ;)

Film en ligne a dit…

Parce que j’ai déjà vu « Ugly », « Blue Ruin », « On the job », et d’autres excellents films de 2014.
Parce que j’ai lancé des petites cuillères sur l'écran de cinéma du Nouveau Latina.

vk streaming a dit…

oui c est vrais tu as raison

Film Streaming a dit…

Exactement vrai !

Film Streaming a dit…

Je t'encourage à voir le film espagnol ID, après tout on avait vu "Hello Ghost" ensemble

streamiz-vk.com a dit…

Exactement vrai ! ce que vous dit :)

over-blog.com