dimanche 24 juin 2012

Et finalement, j'ai vu "Men in Black 3"...

Je ne voulais pas voir « Men In Black 3 ». Bon, laissez-moi reformuler cela. Je ne voulais pas spécialement voir « Men in Black 3 ». Il y a quelques années, j’y serais allé sans l’ombre d’une hésitation. A l’époque où j’étais prêt à voir n’importe quel film du moment qu’il y avait écrit « blockbuster » dessus. Quelques sages désillusions m’ont fait reconsidérer mes priorités cinématographiques, lorsque je me suis rendu compte que les journées étaient véritablement limitées à 24 heures et que parfois, il fallait faire des choix. Je m’étais juré que dès qu’une machine Hollywoodienne ne me plaisait pas, je m’abstiendrais d’aller voir sa (ou ses) suites. Cette ligne de conduite m’a éloigné de plusieurs suites de Shrek, Pirates des Caraïbes et autres films dispensables en tous genres.

Lorsque « Men in Black 3 » a débarqué, j’étais prêt à le laisser de côté, avant tout parce que « Men in Black 2 » était un sombre navet (excusez mon langage technique), et dès ce postulat posé, l’envie de voir une quelconque nouvelle aventure de Will Smith et Tommy Lee Jones était de facto très limitée. La production chaotique du film (budget explosé, scénario remanié pendant le tournage…) et une bande-annonce fort peu excitante ont fini d’achever tout éventuel désir. Et je n’aborde même pas le fait que le film ait droit à un traitement 3D. Non, décidément, j’étais prêt à me passer volontiers de « Men in Black3 ».

Pourtant, que voulez-vous, l’homme est faible, influençable, et quelques semaines après la sortie du film, j’ai commencé à tendre les oreilles vers ces chuchotements qui bruissaient ici et là, sur Internet et dans mon entourage. Qu’entendis-je ? Que la troisième aventure des hommes en noir valait le déplacement. Que c’était une des bonnes surprises que nous avait concocté Hollywood cet été. Diantre, c’est bien la dernière chose que je voulais entendre. Avec les nombreuses sorties intéressantes du 20 juin à ma porte, et le Festival Paris Cinéma à l’horizon, je n’avais pas besoin que l’on titille ma curiosité autour de « Men in Black 3 », j’avais déjà largement de quoi voir pour m’occuper.

Mais voilà, c’était trop tard. Le bruissement s’était infiltré dans mon esprit et ne me lâchait plus. Ma curiosité insatiable était mise à l’épreuve. Serai-je tenté ? Bien sûr. Bien sûr que j’ai cédé à la curiosité. J’ai attrapé mes lunettes 3D, j’ai foncé au ciné et je me suis assis devant « Men in Black 3 ». Et vous savez quoi ? Au bout de quinze minutes, je regrettais déjà de m’être laissé influencer. Le scénario était d’une mollesse incroyable. Les personnages d’une platitude évidente. Tommy Lee Jones avait tellement l’air de s’ennuyer avec son air semblant signifier « Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour un gros chèque… ». Le summum a été atteint lorsque lors d’un hommage funèbre, Emma Thompson (à propos de laquelle j’ai donc immédiatement pensé « Quelle déchéance… ») s’est lancée dans un blabla extraterrestre aigu qui m’a fait me demander si elle ne cherchait pas à imiter Adam Sandler.

Et puis contre toute attente, une étincelle s’est produite. Will Smith a remonté le temps pour sauver son collègue K d’une mort signifiant la fin de la planète. Will Smith s’est retrouvé en 1969, entre un Josh Brolin imitant Tommy Lee Jones, un Andy Warhol sous couverture inattendue et un extraterrestre capable de voir l’avenir. Et là, « Men in Black 3 » a non seulement commencé à ressembler à quelque chose, mais en plus, ce quelque chose avait de la gueule. J’ai toujours eu un faible pour les voyages dans le temps comme intrigue cinématographique, cela m’a aidé à m’impliquer dans le film, mais Barry Sonnenfeld et son scénariste Etan Cohen (à ne pas confondre avec l’un des frères Coen) ne se sont pas contentés d’utiliser le voyage dans le temps comme un gimmick amusant.  Ils ont compris tout ce que pouvait apporter cette intrigue. De l’humour, bien sûr, mais également un petit quelque chose en plus, une façon d’offrir de l’épaisseur à la mythologie de Men in Black. Et dès lors, contre toute attente… oui, une certaine émotion.

Mais la plus grande trouvaille du film, sa réussite numéro un, c’est dans un second rôle qu’il faut la chercher. Un extraterrestre, Griffin l’archanien, le dernier de son espèce, qui de par sa nature parvient à voir les différents futurs potentiels. Un personnage à la fois maladroit et sage, candide et grave. Il est incarné à la perfection par Michael Stuhlbarg, le Serious Man des frères Coen, également vu l’hiver dernier dans Hugo Cabret de Scorsese. Ce personnage, et l’acteur qui lui donne vie, sont une merveille. Ils effacent à eux seuls tout ce que l’on peut reprocher à « Men In Black 3 », au premier rang desquels un grand n’importe quoi dans l’attribution des rôles. En confiant le rôle de K jeune à Josh Brolin, et d’Alice Eve pour Emma Thompson, Barry Sonnenfeld perturbe. Entre les deux époques, un gouffre de 40 ans, il n’y a aucune logique dans les âges des acteurs, entre une Thompson censée être largement sexagénaire dans le film, et Brolin avoir moins de 30 ans. C’est tout simplement n’importe quoi.

Mais voilà, la balade en 1969 est tellement rafraichissante, Brolin tellement sympa en version junior de Tommy Lee Jones, et Griffin tellement enthousiasmant, que lorsque la lumière se rallume, j’étais heureux d’avoir écouté les bruissements et de leur avoir fait confiance. Parce que « Men in Black 3 », finalement, c’est vraiment pas mal.

10 commentaires:

Nyal a dit…

What the fuck ? :) "Men in black 3" est un gros navet. L'histoire ne tient absolument pas debout, les acteurs jouent de façon peu convaincante, les effets spéciaux sont assez mauvais, la fin est cousue de fil blanc, le méchant absolument pas charismatique...
David, mais que t'arrive-t-il ? Tu l'as vu en ayant bu ? :)

David Tredler a dit…

Je ne suis pas en désaccord avec tout ce que tu dis. Comme je dis dans le billet, Tommy Lee Jones a les tête du mec qui fait le job pour le fric, et Emma Thompson a l'air de se prendre pour Adam Sandler, en effet certains acteurs sont peu engageants.
Et ce qui pour moi ne tient pas debout, c'est d'avoir casté un mec de 40 balais pour jouer le Tommy Lee Jones qui a 20 ans, ou Emma Thompson pour jouer la patronne sexagénaire.
Mais le scénario est bien pensé, et tient la route à mes yeux.
Peut-être que mes attentes quasi inexistantes m'ont aidé à voir le film sous un beau jour. T'avais envie de le voir toi, ce film, Nyal ?

Nyal a dit…

Non, j'avais pas vraiment envie de le voir. J'y suis allé car j'avais 2H à tuer. Surtout après le numéro 2 qui n'était vraiment pas terrible.

David Tredler a dit…

Donc ce n'est pas la différence d'attente qui nous différencie Nyal.
Le 2 était une sacrée daube, tu peux le dire.

Maximimilia yeah a dit…

Et bien, tu me donnes envie d'y jeter un coup d’œil !

David Tredler a dit…

Tu me diras si tu es plus de mon avis ou de celui de Nyal, Maximimilia ;)

Martin K a dit…

Ton blog, David, c'est un de mes bruissements. Je vais peut-être trouver le temps de l'écouter. Je vais tâcher de choper le film sans la 3D, si toutefois c'est possible.

Bon, d'autres priorités avant cela...

J'aime le nom du scénariste, Monsieur au H déplacé.

David Tredler a dit…

Je peux tout à fait comprendre que tu aies d'autres priorités Martin. Mais je suis content que mon blog soit un bruissement que tu écoutes ;)

Kara P a dit…

Je ne suis pas tout à fait d'accord (voire pas du tout). Je ne pense pas que MIB 3 soit le genre de film où il faut calculer l'âge des acteurs par rapport à l'âge du personnage.
MIB 3 est avant tout une grosse comédie qui repose en partie sur Will Smith et qui fonctionne terriblement bien (tout comme le duo avec Brolin).
Pour moi le pari du voyage dans le temps était risqué car un peu fouillis, mais le film s'en tire sans trop d'égratignure, et redonne un élan à la série qui avait pris un sacré coup derrière la tête après le numéro 2.
Pour résumer, Men in Black 3 nécessite de poser le cerveau quand les lumières s'éteignent, de s'amuser pendant 1h30 et de rentrer chez soi le sourire aux lèvres.

David Tredler a dit…

Voyons Kara, on est tout de même un peu d'accord sur le film non, tu ne trouves pas que je laisse transparaître une grande satisfaction ? ;)
Mais par contre l'argument "Faut laisser son cerveau à l'entrée de la salle" est un argument qui ne m'a jamais convaincu et qui ne me convaincra jamais. C'est trop facile. Tant de réalisateurs prouvent qu'il est possible de faire du divertissement, de l'émerveillement, tout en ne ne nous prenant pas pour des cons, je ne vois pas pourquoi il faudrait être moins exigeant auprès d'autres ;)

over-blog.com