jeudi 11 avril 2013

C'est grave, docteur ?


Un jour il faudra que je consulte un psy pour savoir à quoi est dû mon amour profond pour les salles obscures, ou que je demande à ma mère si elle m’emmenait en douce dans les salles de ciné quand j’étais encore bébé et si pour ne pas se faire repérer elle m’aurait inculqué tôt les bonnes manières d’un tel lieu. Je le sais, qu’aux yeux de certains, je suis un peu bizarre dès que je mets les pieds dans un cinéma. Oh en-dehors je suis un ange, sage, réfléchi, diplomate, un parfait gentleman. Bon, je reste tout cela une fois que je suis assis dans mon fauteuil les yeux rivés sur le grand écran, mais disons que ma patience autrement légendaire est… comment dire… fortement diminuée. Et aux yeux de beaucoup, cela fait de moi un spectateur chiant, probablement, même si à mes yeux, les chieurs, ce sont les autres.


Plus le temps passe, et plus le comportement des uns et des autres dans une salle obscure m’obsède. Cela vient-il seulement de moi, ou le comportement général des spectateurs de cinéma a-t-il évolué vers cet égocentrisme carabiné qui semble être inévitable. Je ne peux pas reprocher aux américains d’avoir créé ces salles où les mineurs sont interdits, car souvent une salle sans ados est une salle paisible, mais mes griefs réguliers en salle ne se limitent pas aux adolescents.

Le weekend dernier je suis allé voir « Effets Secondaires », le séduisant thriller aux accents hitchcockiens de Steven Soderbergh. Derrière moi, jouant avec ma patience pendant la première partie du film, deux copines dont l’adolescence s’était évaporée depuis nombre d’années. Papotant pendant les pubs - ça, cela ne me pose pas de problème - mais le film commençant, logos de boîtes de prod puis plan d’ouverture, les piaillements continuent. Un coup d’œil par-dessus l’épaule, mais les premiers dialogues à l’écran les calment… un temps, car les piaillements reprennent, parce que les copines voulaient absolument partager leurs commentaires sur le film à mesure que celui-ci se déroulait sous leurs yeux.

Cela, malheureusement, c’est un classique. C’est fou, mais il faut rappeler aux gens qu’une salle de cinéma, ce n’est pas un salon. Que les spectateurs alentour, ce ne sont pas des potes qui aiment entendre leurs commentaires. Qu’un fauteuil, ce n’est pas un repose-pied. J’ai l’habitude de me retourner et de faire comprendre aux autres qu’ils gênent. Et la plupart du temps, les gens se sentent un peu honteux d’avoir été rappelés à l’ordre et se calment, au moins un temps. Mais les deux pies d’ « Effets secondaires » ne se sont pas senties honteuses. Quand je me suis retourné pour leur balancer mon regard le plus noir ayant déjà fait se tapir de honte des dizaines de spectateurs parisiens au fil des ans, celles-ci m’ont regardé, se sont tues, et une fois que je me suis retourné vers le film, je les ai entendues dire « Bah il se retourne lui ? », comme si je les dérangeais. Je me suis de nouveau tourné vers elle, agacé au plus haut point, les yeux en feu et des serpents jaillissant d’entre mes dents aiguisées, pour leur cracher « Bah oui il se retourne lui ! ». Connasses, dites-le si je vous emmerde en plus.

Bon, d’accord parfois j’exagère. Je n’aurais peut-être pas dû faire la gueule à mes amis parce qu’ils m’avaient attendu à la caisse au lieu d’aller faire la queue devant la salle. Bon et puis quand mon pote Eric est entré dans la salle l’autre soir pour « G.I. Joe 2 », tout juste en retard alors que le logo de la Paramount était à l’écran, j’aurais pu être plus aimable que ce « Qu’est-ce que t’as foutu ??!! » agressif. Après tout ce n’était que « G.I. Joe 2 ». Oui, bon, et il faut que j’arrête de stresser dans la file d’attente en me demandant si je vais avoir ma place préférée dans la salle s’il y a trop de monde, et il faudrait peut-être aussi que je stresse moins lorsque que quelqu’un s’assoie juste devant ma copine et lui bouche une partie du bas de l’écran, me poussant à lui demander 17 fois avant que le film commence si elle veut qu’on échange nos places alors qu’elle me répond 17 fois que ça ne la gêne pas, ELLE (mais sérieusement, comment cela peut-il ne pas la gêner ???).

Je me souviens m’être demandé après avoir vu il y a quelques années ce documentaire sur les cinémaniaques new-yorkais si un jour, je finirais comme l’un d’eux. Est-ce que mon tic de vérifier plusieurs fois que mon téléphone est bien éteint disparaîtra un jour ? Parviendrai-je encore longtemps à me retenir de crier dans la salle avant que le film commence « Tout le monde éteint son portable ! ». Quand je pense que certains exploitants ou distributeurs commencent à envisager d’encourager les gens à tweeter pendant les films pour ne pas braquer les jeunes et les encourager à ne pas snober la salle de cinéma. Rien que d’y penser, je fais une crise d’angoisse, comment peut-on être exploitant de salle et envisager une telle chose…
Bon allez il vaut mieux que je me taise je vais finir par passer aux yeux de certains pour un taré… (mais toi, oui toi, là, tu sais de quoi je parle, hein ?)

20 commentaires:

aldanjah a dit…

un jour tu n'arriveras plus à gérer tes envies de meurtre et tu vas basculer comme dans "God Bless America" fais gaffe :p

Pierre Ricadat a dit…

Ca me rappelle aussi la scène de file d'attente devant le ciné dans "Super" ! Je me retrouve dans quasiment toutes tes obsessions, parfois au point de préférer voir le film chez moi, c'est triste puisque rien ne remplace le plaisir de la salle de cinéma...

David Tredler a dit…

@aldanjah : j'espère que non ;)

@Pierre : je savais que tu ferais partie de ceux qui comprendraient, Pierre ;) J'aime la salle plus que tout, mais parfois, effectivement, c'est à se demander s'il ne serait pas possible d'en avoir une chez soi, tranquille...

Caro a dit…

Mais non, tu n'es pas du tout un taré ! Au contraire ! Je pense que ça n'a pas non plus de rapport avec ton âge, mais plutôt que ce sont les spectateurs eux-mêmes qui ont changé. Dernier exemple : The Place beyond the Pines, j'étais tranquille, à ma place préférée (dernier rang, au milieu^^) quand deux filles de vingt ans environ arrivent (trois minutes avant la fin des pubs) et ce sont mises à parler à voix basse des deux acteurs... pendant pratiquement tout le film. Ok, aller voir un film avec des têtes d'affiche pareilles aurait dû me mettre la puce à l'oreille mais quand même... le pire c’est qu’au bout d’une heure et demie de film (2H20 en tout), fatiguées, elles ont sorties leur portable qui fait lampe-torche (lumière qu’elles n’essayaient même pas de cacher)… il y a une scène où j’ai rigolé de leur réaction outragée (je pense que si tu l’as vu, tu sauras de quoi je parle).
Sinon, je crois qu’on a tous envie d’étrangler les gens avec leur portable… à chaque fois j’ai envie d’hurler mais bon… je me dis toujours que ce mec là, qui vérifie ses textos toutes les deux secondes a sa femme prête à accoucher ou quelque chose dans le genre… même si c’est juste parce qu’il s’emmerde et qu’il ne sait pas apprécier le film à sa juste valeur ! Moi aussi je pourrais écrire des romans là-dessus, tiens.
Enfin saches qu’il y a quand même de jeunes cinéphiles en devenir dans les salles (ce qui me rappelle ton très bel article sur « I wish » et ces parents qui amènent leurs enfants pour voir un film singulier, éloigné du pop-corn), j’en suis !

David Tredler a dit…

Dernier rang au milieu, ton préféré, Caro ? Quelle drôle d'idée !! A ta place, je m'avancerais... ;)
Le portable, ou plus précisément, le smartphone, est le fléau du cinéma. En tout cas du spectateur consciencieux. Moi aussi, à ta place, j'aurais eu envie de les étrangler les deux. Et ne cherche pas d'excuse aux mecs, si leur nana était sur le point d'accoucher et que ça les stressait, ils feraient mieux de rester chez eux !
En tout cas merci, ton commentaire me fait plaisir, et me redonne un peu espoir en l'humanité ;)

Martin a dit…

Yep, David, assez d'accord avec toi sur ces constats d'incivilité, même si, capacité de m'extraire ou vraie patience, j'arrive encore à ne pas tenir compte de la plupart. Peut-être aussi que j'en subis moins, va savoir par quelle opération du Saint Esprit cinéphile...

J'espère en tout cas que ça ne te découragera pas de continuer à nous parler cinéma ;)

dasola a dit…

Bonsoir David, tes réactions sont légitimes. Personnellement, la seule chose que je ne comprends pas c'est le fait que des spectateurs partent peu de temps avant la fin (et de façon pas toujours très discrète). Sinon, aux séances auxquelles j'assiste, j'ai rarement des problèmes. Bonne soirée.

Mary a dit…

C'est vrai tu as parfaitement raison quand on a le plaisir d'aller au cinéma c'est pour en prendre plein les yeux les oreilles et l'âme. Pas pour papotter jouer avec son portable et gêner ses voisins.
Parfois c'est tellement décourageant qu'on attend la sortie du film en DVD. Dommage non ?
Hier je n(arrivais pas à sortir un gros sac de terreau de mon caddie pour le mettre dans le coffre de ma voiture. Trop lourd, peu de prise .Il y avait un jeune qui jouait sur son téléphone à deux pas de moi. Il n'a pas bougé. C'est un vieux monsieur à l'autre bout du parking qui a pris la peine de me donner un coup de main Le jeune nous a regardés et n'a toujours pas bougé le petit doigt .
Ah c'est triste non !!!
Allez joyeux printemps quand même et vive le cinéma. j'aime beaucoup ton blog !

Phil Siné a dit…

héhé, j'adore ton article ! je me pose moi aussi souvent la question de savoir si c'est moi qui suis chiant (parce que trop strict sur les conventions de politesse et de civisme par exemple) ou les autres (parce qu'ils multiplient les incivilités sans s'en rendre forcément compte)... mais chez moi, ça ne s'arrête malheureusement pas à la salle de cinéma ! :)

enfin, au fil du temps, j'ai développé une méthode pour le choix de ma place dans une salle : en principe le plus loin des gens... il m'arrive même de plus en plus souvent de changer de place en début de projection quand un gland en retard vient de se mettre juste derrière moi pour cogner ses jambes dans mon siege, par exemple...)

David Tredler a dit…

Aaaaah, merci à tous, je suis bien content de constater que je ne suis pas seul à être comme ça. Martin, Dasola, Mary, Phil, on se comprend ;)
Martin, non, je ne suis pas découragé d'écrire, ne t'inquiète pas.
Dasola, tu as bien de la chance d'être rarement dérangée.
Mary, merci pour le compliment, et c'est bien dommage en effet.
Phil, je savais bien que tu serais parmi ceux qui comprendraient mes manies ;)

Olrik a dit…

"(mais toi, oui toi, là, tu sais de quoi je parle, hein ?)"

Et comment ! Et je pense même pouvoir dire que j'ai été encore plus malade que toi. Car pour moi, les affres commençaient dès que je voyais une personne entrer dans la salle (j'ai aussi l'habitude d'arriver en avance pour choisir la meilleure place). A chaque fois je brûlais un cierge mentalement pour espérer que le nouveau venu aille s'installer loin, très loin de moi. Et à chaque fois que ce n'était pas le cas, souffrance ! stress! stress de savoir que le film allait potentiellement être pollué par un fâcheux.

Depuis, avec le bluray et le hd sur grand écran, ça va bien mieux. Ça ne remplace pas totalement une salle, mais le plaisir d'une séance de qualité et qui se passe divinement s'en rapproche. En tout cas pour les blockbusters, ça évite bien des désagréments malheureusement prévisibles. Pour le ciné d'auteur, il y a moins de risques. Enfin, je dis ça mais j'ai souvenir d'une séance des Rapaces de Stroheim où le vieux à côté de moi n'arrêtait pas de faire claquer son putain de ticket sur l'ongle de son pouce. Ca aurait été le sosie de Lana Turner, j'aurais laissé faire mais là, j'étais pas loin de le lui arracher rageusement et de lui balancer quelques tapes sur le crâne façon Benny Hill.

David Tredler a dit…

Olrik, tu m'as l'air de souffrir de symptômes similaires aux miens, ça oui.
La peur de l'autre dans une salle de ciné, c'est terrible et malheureusement inévitable quand tu te rends compte des phénomènes égoïstes qui s'y promènent régulièrement. Et pas seulement devant les blockbusters malheureusement, oui. Du coup c'est vrai que maintenant, ça m'arrive d'être moins gêné de ne pas être là tôt pour choisir ma place parmi les premiers, parce qu'au moins quand tu arrives et que les spectateurs sont déjà installés, tu peux choisir tes voisins de salle. En privilégiant à ce moment là les gens seuls, mais bon, après, difficile de forcément juger du comportement des gens à leur physique (mais bon, direct j'évite les moins de 18 ans et les + de 70)

Ton anecdote sur les Rapaces me rappelle ce mec assis à côté de moi qui jouait avec le scratch de son casque de moto et dont j'ai voulu arracher la tête. Mais bon là c'était pas devant un film pointu, c'était Very Bad Trip ;)

domi26 a dit…

bonjour,

AH cela me fait PLAISIR de lire un article comme le tient ..... vraiment je suis HEUREUX ..... J'ai la même maladie que toi , et comme toi je pense que je suis né dans un cinéma ...... tellement j'aime cette ambiance de salle noire , de musique , d'images ..... et comme toi je ne supporte PAS ou PLUS les personnes qui sont dans un lieu PUBLIC et commente le film a leur grès ou n’arrête pas de taper des genoux dans le dossier ou tout autres choses cela me met en colère ..... je vient juste de découvrir ton BLOG , j'ai l’intention d'en faire un aussi , cela me trotte dans la tête depuis pas mal d'années et je vais mettre TON BLOG DANS MES FAVORIS je trouve que nous avons la même PASSION ...... amicalement

dominique

Vinsh a dit…

Les papotages en direct pendant les séances, ça n'a pas attendu Twiter ou les portables pour être impoli et insupportable.

C'est le problème des lieux publics et semi-publics : bien souvent, il faut les partager, ce qui est à la fois leur charme et leur inconvénient majeur.

Vinsh a dit…

*Twitter, hein... ;)

feu John Keats a dit…

ahah tu sais que je suis atteint du même mal, on en a déjà parlé, mais moi je n'ose jamais me retourner ou râler. pas dans mon adn.
je l'aime bien cette folie, je suis incapable d'être sur la gauche de la salle, au dessus du 4ème rang je suis malheureux, et je me moque de toutes ces personnes qui vont systématiquement dans le fond.
pire, j'use le même siège à la cinémathèque depuis plus de trois ans, et j'angoisse quand je vois quelqu'un à ma place.
pour le bruit, j'avoue devenir sélectif sur les horaires et le choix des salles. c'est con à dire mais on finit par savoir où ne pas aller. avec bien sur des cas étranges, celui du ciné cité des halles que tu apprécies beaucoup, et moi aussi d'ailleurs.
enfin j'avoue que ma plus grande peur est de finir comme Plasticman, son histoire racontée dans So Film m'avait un peu ému. je pense qu'on peut finir par perdre pied.
sinon tu ne m'as pas dis si tu avais craqué et vu Grandmaster au Louxor. cette salle et moi avons eu un coup de foudre.

Flow a dit…

C'est étrange et tu vas vouloir ma mort mais j'aime bien qu'une séance de cinéma soit animée (si le film s'y prête par la réaction des autres spectateurs.
C'est quand tout le monde est calme que je me pose des questions.
Bon, après, je pense que j'ai souvent énervé des gens au cinéma ^^
Bref, on n'est pas compatible :o

dasola a dit…

Bonsoir David, merci pour ce conseil. Le film se donne encore au St André des Arts l'après-midi, j'irais peut-être ce week-end. Bonne fin d'après-midi.

David Tredler a dit…

@domi26 : Je suis ravi de lire ton commentaire, sois le bienvenu ;)

@vinsh : les papotages ont toujours été chiants, et mais en plus maintenant il y a les smartphones qui sont dégainés pour regarder l'heure, pour regarder ses mails et envoyer ses sms pendant le film, on ne va pas vers l'amélioration...

@feu john keats : je sais que tu es taillé dans le même roc cinéphile que moi, mais il faut que tu te retournes pour remettre les emmerdeurs à leur place, tu verras ça fait un bien fou ;) Moi aussi j'ai mes places attitrées dans les salles, et je suis ronchon si je ne suis pas assis là où je le voulais...
Et moi non plus je ne veux pas devenir comme Plastic Man, avant de lire l'article de So Film je ne voulais pas, et après l'avoir lu je le voulais encore moins.

Quant au Louxor finalement non, je n'y suis toujours pas allé !!! Mais je compte bien réglé cela dans les jours qui viennent... ;)

@Flow : il y a "animée" et "animée" bien sûr. Moi aussi parfois j'aime les salles réceptives, devant les comédies par exemple je préfère ne pas rire aux éclats seuls. Mais entendre des spectateurs commenter le film en direct, ça me donne des envies de meurtre ;)

Clément a dit…

Salut à tous ! J’ai récemment créé un blog de cinéma à la fois classique dans les critiques et en même temps en rapport avec l'actualité, une qualité que je recherche dans les films que je regarde. J’aimerais avoir votre avis pour pouvoir continuer sur ma lancée. N’hésitez pas à commenter, tous les conseils sont bons à prendre ! Voici le lien :
mperspective.canalblog
Merci du temps que vous m’accordez, Clément

over-blog.com