jeudi 7 février 2013

J’ai croisé le héros de mon enfance

Tout a commencé par un coup de fil. Une journée en apparence comme une autre. Du boulot, une matinée engagée, et tout à coup le téléphone qui sonne. Une collègue qui ne bossait pas ce jour-là. « David, c’est Julie. Dis-moi… je suis à la Cité U là… et y a un tournage… et… c’est possible qu’il y ait Kevin Costner sur le tournage ? Parce que là je vois un mec, j’ai l’impression que c’est Kevin Costner… ». A partir de ce coup de fil, la journée n’a plus été la même. Bien sûr que c’était possible, puisque depuis quelques semaines, Costner tourne à Paris une production EuropaCorp, « Three days to kill », réalisée par McG (oui, je sais, celui de « Charlie et ses Drôles de Dames »…), alors que l'acteur sera en 2013 à l'affiche de "The Man of Steel", un nouveau reboot de Superman, et de "Jack Ryan" de Kenneth Branagh.

Bref il y a eu ce coup de fil qui m’annonçait que Kevin Costner se trouvait en ce moment même à moins de dix minutes à pied du lieu où je me trouvais. Dix minutes à pied. Voilà des semaines que je sais que Costner tourne à Paris, des semaines que j’espère tomber sur le tournage du film, tomber sur lui, j’en avais presque abandonné l’espoir. Je ne sais pas quel âge vous avez, vous qui lisez ces lignes, je ne sais pas si vous regardiez beaucoup de films lorsque vous étiez enfant, je ne sais pas si vos parents vous emmenaient au cinéma… Moi je suis né en 1981. J’ai vu mes premiers films dans la seconde moitié des années 80. Je suis entré dans l’adolescence au début des années 90. Mes parents m’emmenaient au cinéma une fois par semaine, et avec ma sœur, nous regardions nos films préférés en VHS. Et à cette époque, la plus grande star de cinéma, c’était Kevin Costner. Mais plus important encore, il était le héros de mon enfance.

Je l’ai vu lutter contre Al Capone dans « Les Incorruptibles », défier le shérif de Nottingham dans « Robin des Bois, Prince des Voleurs », embrasser le destin des sioux dans « Danse avec les Loups », protéger Whitney Houston d’un détraqué dans « Bodyguard ». Bien sûr avec le recul, tous ses films n’étaient pas extraordinaires, mais quand j’avais 12 ans, il n’y avait pas un acteur à Hollywood qui lui arrivait à la cheville. Il était celui dont les filles étaient folles, celui que les garçons voulaient être. Près de vingt années ont beau avoir passé, vingt autres peuvent passer encore, Kevin Costner a été mon premier héros hollywoodien, et quel que soit le cinéphile que je suis devenu aujourd’hui, quel que soit celui que je serai demain, il restera l’une des pierres angulaires de mon amour du cinéma.

Au fil des années, même si son aura a clairement diminué dans le petit carnet du pouvoir hollywoodien, l’étoile de Costner n’a pas cessé de briller dans mon panthéon personnel, grâce à « Open Range », « Les bienfaits de la colère » ou « Company men ». Alors quand j’ai entendu ces mots à l’autre bout du fil (je ne remercierai jamais assez Julie), quand j’ai appris que Kevin Costner était là, mon souffle s’est arrêté un court instant, le monde a cessé de tourner, j’ai attrapé ma veste et j’ai détalé vers le campus de la Cité Universitaire. J’ai monté la passerelle, j’ai traversé le parc avec cette pointe d’excitation digne des grands rendez-vous. J’ai vu les camions de tournage, j’ai contourné le bâtiment principal, et je me suis retrouvé sur le plateau de « Three days to kill » en un rien de temps.

Des dizaines de figurants, étudiants pour la plupart, se mettent en place, je me poste à une dizaine de mètres de McG, de ses assistants et opérateurs. Je n’ai pas l’impression de gêner, alors je reste. Une minute à peine après que je sois arrivé, le réalisateur crie « Action ! », comme s’ils n’avaient attendu que moi. Au moment où McG lance le top, la scène prend vie, des dizaines d’étudiants sortent du bâtiment principal de la Cité U, d’autres passent dans un sens ou dans l’autre. La caméra est perchée et filme au loin. Une cinquantaine de mètres nous séparent de l’entrée du bâtiment, et avec tout ce monde, difficile de déterminer en un clin d’œil quel est le centre de la séquence.

Au bout de quelques dizaines de secondes pourtant, un groupe attire mon regard. Un homme, une femme, une jeune fille qui vient manifestement de sortir du bâtiment. Se pourrait-il que l’homme soit Costner ? Il est à une cinquantaine de mètres, des étudiants circulent dans tous les sens, difficile à dire. La femme s’engouffre alors dans un taxi, et après quelques secondes, McG crie « Cut ! ». Je garde les yeux sur l’homme. Il se tourne dans ma direction et s’approche avec la jeune fille. Quarante mètres, trente mètres, vingt mètres. C’est lui. Il se dirige vers une tente, je décide de me diriger moi aussi vers elle, il entre dedans avec Hailee Steinfeld (la gamine de « True Grit », qui a grandi) au moment où je me trouve devant l’autre bout de la tente. Il la traverse et en un instant est là, devant moi, à un mètre. Ses yeux se plantent dans les miens. Le temps s’arrête et en une fraction de secondes, je revois sa chevauchée sur le front de la Guerre de Sécession en ouverture de « Dance avec les loups », je le revois allongé dans l’herbe, un rayon de soleil dans les yeux, dans « Un monde parfait », je le revois clamer son plaidoyer final dans « JFK ». En une seconde je revois toutes ces images du héros de mon enfance alors que nos regards se croisent, qu’il passe devant moi et disparaît dans un bâtiment derrière moi.

J’ai un instant effleuré l’idée de lui dire un mot, de lui serrer la main ou que sais-je. Mais je suis resté planté là, coi, un sourire collé aux lèvres qui ne me quittera ensuite pas de la journée. Eliot Ness, Tom Farrell, Ray Kinsella, John Dunbar, Jim Garrison, Butch Haynes… J’ai grandi avec eux, grandi avec lui. J’en ai vu et croisé des acteurs américains, et si cela m’a toujours fait plaisir, j’en suis toujours revenu très vite. Mais aujourd’hui, je n’ai pas croisé un acteur américain. J’ai croisé le héros de mon enfance.

33 commentaires:

Claudia Baronian a dit…

C'est juste passionnant et magnifique ce que vous nous racontez là! Moi aussi j’idolâtre Kevin Costner, seulement je n'ai pas eu la chance de grandir avec ses films. Je n'ai que 18 ans, mais j'ai vu au moins trois fois chacun de ses films! C'est un acteur formidable, naturel et spontané! Je suis très heureuse pour vous! J'aurai tellement aimé que cela m'arrive. Comme quoi les rêves peuvent se réaliser.

Pascale a dit…

Ouah c'est beau !
Kevin Costner est l'acteur le plus sous-estimé d'Hollywood et je n'ai jamais compris pourquoi, il est magnifique.
Et Open Range est un chef d'oeuvre pour moi.
Je suis plus âgée mais Danse avec les loups est un GRAND souvenir. J'ai parlé indien pendant des semaines après l'avoir vu...
Et Un monde parfait est un film quasi parfait en partie grâce à lui, et sans doute mon préféré de Clint.

I.D. a dit…

Beaucoup d'émotion dans ce papier David. Le mâle que je suis n'a pas honte d'écrire que j'en ai eu la chair de poule, notamment dans le climax final.

NoA a dit…

Je suis bouleversée par tes mots...
Je suis très heureuse pour toi aussi...
Une rencontre "magique"...

Je n'ai jamais compris pourquoi il avait eu cette traversée du désert... Je n'oublierai jamais ses rôles qui m'ont tant marquée... (Team1977). Robin des Bois, Prince des Voleurs, Jusqu'au bout du rêve que j'ai dû voir 200 fois (mon premier film VO), Bodyguard, JFK...

Merci pour tes mots...

David Tredler a dit…

N'en jetez plus vous allez tous me faire rougir !

Claudia, merci, et ça me fait plaisir de voir qu'on peut aimer Kevin Costner en 2013 quand on a 18 ans.

Pascale, merci, et oui Open Range est un grand film, et Danse avec les loups, et Un Monde Parfait, qui est au passage un des tous meilleurs films de Clint à mon sens aussi.

NoA, merci à toi, Jusqu'au bout du rêve n'est pas assez connu en France, c'est vraiment un très beau film tu as eu raison de le voir 200 fois^^

ID, je sais bien que sous tes airs de dur à cuire bat un petit coeur sensible. Je t'ai vu verser une larme au cinéma, je le sais ;) Merci amigo.

book to movie a dit…

Je découvre ce blog qui me semble excellent. Bravo !

Martin K a dit…

Pinaise ! Passer si près du héros de son enfance et ne même pas lui parler ! David !!!

Cela dit, je peux comprendre que ça soit à la fois génial et intimidant. Je suis content que tu aies passé un bon (petit) moment. Merci de nous faire partager ton émotion.

Grand souvenir de "Danse avec les loups", bien sûr, vu deux fois en deux jours au cinéma. "Un monde parfait" est effectivement un autre de ses grands films. J'ai oublié pourquoi on ne l'a finalement pas vu dans "Django unchained"...

Un chouette acteur, en tout cas, qui mérite clairement mieux que le dénigrement dont il est régulièrement la victime.

David Tredler a dit…

Merci Book to Movie !

Martin, si Costner n'était finalement pas dans Django Unchained, c'est pour cause d'incompatibilité d'emploi du temps avec le tournage de Man of Steel et de la mini-série "Hatfields & McCoys", si je ne m'abuse. Dommage, hein ?

Didi a dit…

Waouuu quelle chance tu as ! Moi aussi Kevin Costner est un acteur que j'apprécie (que j'ai apprécié ...zut le temps passe)
En tout cas tout comme toi je n'aurais pas hésité un instant à aller le voir en vrai.
Mes meilleures souvenirs de lui : Danse avec les loups en premier, puis JFK, puis Bodyguard (j'ai envié Withney j'avoue)
C'est de plus un très très bel homme !
Merci pour ce joli billet !

David Tredler a dit…

Mais non Didi, tu fais bien de dire "que j'apprécie" au lieu de "que j'ai apprécié" ;)
Merci en tout cas pour ton gentil mot !

Claudine a dit…

David, un grand merci pour ton magnifique compte-rendu. :-) J'en ai eu des frissons!Non seulement c'est superbement écrit mais, en plus, tu rends justice à Kevin, si injustement sous-estimé depuis plus de 20 ans! Je pense que la roue est, enfin, en train de tourner pour lui et que 2013 pourrait bien être la grand année de son retour! Sa série télévisée "Hatfields and McCoys" (tournée en Roumanie en 2011)et encore inédite chez nous, a fait l'unanimité des critiques aux USA et battu des records d'audience. Il vient de remporter 3 récompenses, en tant que meilleur acteur, pour cette série: Un Emmy Award, Un Golden Globe et un Screen Award Guild ( SAG).Je suis une très grande fan de Kevin depuis 1994(Je suis née en 1960)et le récit de ta rencontre me remplit de joie. J'ai eu la chance de le voir, de très près, à plusieurs reprises ( concerts... ) et je peux confirmer qu'il a un charisme et un regard qu'on n'oublie pas! Merci à toi.

Mary a dit…

Quelle chance !!! quel merveilleux évènement si bien décrit ! je suis vraiment heureuse pour vous et je vous remercie d'avoir partagé avec nous cet instant de grâce ...
Kevin Costner est un acteur merveilleux qui nous a donné tant de beaux moments de cinéma. Amitiés.

dasola a dit…

Bonsoir David T, tu as du vivre de grands instants. Etant plus vieille, j'étais déjà adulte quand j'ai vu au cinéma Danse avec les loups version courte et longue, Bodyguard, Les incorruptibles, Un monde parfait (un excellent Eastwood) et quelques nanars agréables à regarder comme Revenge (d'après une nouvelle de Jim Harrison), Waterworld (j'avais beaucoup aimé) ou plus récemment un bon western Open Range, etc. Je me rends compte que j'en ai vu beaucoup. Bonne soirée.

critique-ouverte a dit…

très bien écrit :)
en effet je crois que tu es prêt pour faire son éloge à la cérémonie des Cesars :)

Audrey Fourrière a dit…

Alors, Kevin Costner. C'est qui? C'est un homme, ok. Oui, il a fait des films. Oui, des "bons" films. Oui, il est beau gosse. Mais cette simple et timide apologie de cet être vu à pas moins de 50 mètres (invisibilité des ridules naturelles du visages,on pense qu'il est "parfait")... La modération cher ami, la nuance, et surtout la critique argumentée, il n'y a que ça de vrai.

Sinon, il y a mon blog où je donne, moi aussi, mon avis sur quelques films, si tu / vous veux/ voulez y jeter un coup d'œil : http://roll-on-the-script.blogspot.fr/

Bien à vous,

Audrey Fourrière, 19 ans

David Tredler a dit…

@Claudine : J'espère que Hatfileds McCoys trouvera le chemin des petits écrans hexagonaux... Merci à toi !

@Mary : Merci d'être passée le lire^^

@Dasola : Je me souviens avoir moi aussi vu les deux versions de Danse avec les Loups au ciné. Je ne remercierai jamais assez mes parents pour ça !

@critique-ouverte (aldanjah) : J'attends le coup de fil des César ;)

@Audrey : Chère Audrey, je te (allez je prends l'initiative du tutoiement) remercie pour ton commentaire nuancé et argumenté, puisqu'il n'y a que ça de vrai.
Deux petites remarques concernant ce que tu m'écris. La 1ère, je t'engage à relire le billet, car il me semble, à la vue de ce que tu écris, que tu ne l'as pas lu attentivement. J'étais assez près pour voir les rides naturelles de son visage. Si tu as pu pensé un instant que mon billet était une apologie du physique de Costner, c'est que je me suis terriblement mal exprimé, ou que tu l'as lu de travers ;)
La seconde remarque, c'est que ce blog n'est pas un site de critiques. La nuance, j'espère qu'elle se retrouve dans mon blog, la modération, elle est certainement là parfois, et quand il est besoin de sortir des arguments, j'espère être persuasif. Mais encore une fois, ceci n'est pas un site de critiques argumentées. C'est un blog relatant mes errances, mes rencontres et mes envies d'amateur de cinéma. Je laisse donc la critique argumentée à d'autres ;)

Audrey Fourrière a dit…

David, j'ai bien vu que ce sont ces errances que vous adorez relater en billet. Malheureusement, votre style bien qu'il soit beau, parfait même, cette perfection n'est que plate. Je vous encourage donc à lire mes billets (vous remarquerez qu'il n'y a aucun commentaire, qu'ils sont tous écrits sur mon compte Facebook par des amis) et a dire ce que vous en pensez. J'y tiens.

ET CARPE DIEM (chacun son putain de style)

Bien à vous.

David Tredler a dit…

Chère Audrey,
Je vais mettre sur le compte de votre jeune âge (je reviens au vouvoiement puisque vous l'adoptez finalement) votre envie de regarder mon modeste blog de haut en lui collant une "plate" étiquette, mettant donc en comparaison le vôtre sur le piédestal d'un style plus riche (je ne peux le comprendre qu'ainsi).
Libre à vous de voir dans mes billets une platitude subjective. Je suis allé lire vos billets, chacun son style, je vous le confirme ;)
Moi aussi je suis passé par les critiques "argumentées", et j'en suis revenu. Je prends plus de plaisir à la platitude je crois ;)
(par contre, RELISEZ vous avant de mettre en ligne vos billets, beaucoup de fautes d'orthographe, et quelques unes de français...)
Bien à vous aussi

film en streaming a dit…

kevin costner est aussi mon idole je rêve de le rencontrer depuis longtemps tu as de la chance.
http://www.mistergoodmovies.net

Mzelle Clairette a dit…

Moi je viens de le voir aujourd'hui, j'habite dans un tout petit village et j'apprends qu'il vient. J'y vais, voir barrée arf !! Je connais bien le coin, je connais un petit chemin qui peut me mener jusqu'à lui. Je galope et j'arrive a 100 mêtres environ et un peu plus bas je le vois, lui, la fille de true grit et Luc besson. Magistral, mon héros de jeunesse. J'ai vu pas mal de monde aussi mais là c'est un grand souvenir !!!!

David Tredler a dit…

@film en streaming, merci ! Très beau pseudo, au passage.

@Mzelle Clairette : On a vécu quelque chose de similaire alors^^ Un souvenir impérissable !

Flow a dit…

Putain, il y a des gens qui se la raconte quand même...
Bref, très belle histoire. Tu aurais du l'approcher et lui demander pourquoi il a accepté de jouer dans Bodyguard. Ok, je sors^^

Anonyme a dit…

David, je comprends votre joie. Votre histoire est touchante et belle parce qu'elle est vraie et sincère. Voir le héros de son enfance relève d'une alchimie secrète et incompréhensible à ceux qui n'ont jamais eu de vrais rêves, de réelles passions et qui ne savent sourire, dire ou embrasser, la bouche seulement amère (au diable les critiques désagréables). Je vous envie. J'ai tant aimé "Danse avec les loups"... autant pour Costner que Chaussette (je défends la vie des loups et je les aime depuis l'enfance). Seul Costner pouvait tenir ce rôle parce qu'il a CE REGARD calme et puissant qui sied au loup comme au peuple améridien, parce qu'il joue vrai... Kevin Costner en plein Paris sur un tournage, vous avez eu cette chance finalement qui n'est pas un hasard, puisque cette chance colle avec votre passion. Fabienne RLB (votre blog est très bien pensé)

David Tredler a dit…

@Flow : Jaloux ;)

@Anonyme Fabienne : Aaaah, Chaussettes... Il me fait toujours pleurer ce loup mythique...

Anonyme a dit…

Merveilleux. Temoignage par ces temps difficileS je trouve que c'est bien d'avoir garde son Ame de midinette et qu'importe son age ( j'en ai tout juste 50 )il faut juste ne pas perdre le sens des realites . Un temps pour tout comme disait ma grand-mere. Pour rever dormir travailler et apprécier quelqu'un ? Si quelqu'un peut me dire si il est toujours sur paris .... J'attends bises .

David Tredler a dit…

Puisqu'il était hier soir à la remise des César, je dirais qu'il était encore sur Paris jusqu'à aujourd'hui au moins. Je ne sais pas où en est le tournage de "Three days to kill".

Jennifer a dit…

Oh purée ! Quelle chance merveilleuse tu as eu ! Comme tu l'écris dans ton article, j'étais follement amoureuse de lui durant une bonne partie de mon adolescence, j'avais la moitié des murs de ma chambre recouverte de ses posters et je le trouve toujours sublimement beau...
C'est pourquoi je suis super contente du challenge Costner proposé par mon compagnon Vance "the great wenceslas" de l'écran miroir, il faut dire que vu le nombre de films que j'ai de lui, ça coulait un peu de source...
Bref, cette rencontre c'est sûr est un moment inoubliable et je me dis que tout comme toi, si j'avais été à ta place, je n'aurais pas su quoi dire non plus... Et j'aurais souri terriblement.

David Tredler a dit…

Jennifer, je sens qu'on se comprend ;)

Denise Payet a dit…

Hello. Ce billet m’a beaucoup ému. En effet, tu as fait une merveilleuse rencontre et je dois dire que tu as de la chance ! Kevin Costner est l’un de mes acteurs préférés, depuis que je l’ai découvert dans le film Bodyguard. J’aurais tant aimé le rencontrer aussi.

John a dit…

Et sinon vos chevilles vont bien ? Je suis également allé zieuter votre blog; chacun son style... encore faudrait il que vous en ayez un !?? Je trouve justement que la "platitude" néanmoins parfaitement subjective de David est bien plus intéressante a lire. Elle permet d avoir une expérience, une vision etc... que je n ai pas forcément! Je ne dis pas que j adhère a tout, mais l opinion personnelle qui se dégage des narrations de David est bien plus riche qu une banale (et trop répandue. .) critique argumentée. Et connaissant l humilité qui caractérise David, tes commentaires, ma chère Audrey, prouvent juste que tu n as pas du tout compris la portée de ce blog... pour finir, en mettant un lien vers ton blog, tu permets juste une chose : me confirmer que je déteste les critiques pseudo subjectives, mais apprécie plutôt les expériences cinématographiques uniques... Merci David.

David Tredler a dit…

@Denise : Merci pour tous ces commentaires^^

@John : Il m'a fallu deux ou trois lignes pour comprendre que tu t'adressais à cette chère Audrey, j'avais presque oublié ses commentaires !
Ton commentaire me fait plaisir, en tous les cas. Merci !!

Anonyme a dit…

Test ce que quelqu'un aurait connaissance de l'avant première de son prochain film sur paris, avec " biensur" sa présence... et surtout à quelle date... merci de l'info...

Elizabeth Shuang a dit…

cara cek ip android
cara mengetahui ip address orang lain
Cek IP AD
cara daftar akun baru
cara melihat ip address wifi
cara melihat ip address windows 7
cara cek ip address di cmd
cara cek ip address website
cek lokasi ip
cara melihat ip address windows 8

over-blog.com