mardi 22 janvier 2013

Dredd, du projet attendu au "direct-to-dvd"


Il y a des films qui sur le papier, au moment où leur mise en chantier est annoncée, semblent être promis à devenir, lorsqu’ils sortiront, un évènement cinématographique. Bon d’accord, le terme est trop fort, disons plutôt qu’ils seront fortement attendus par la tranche reine des spectateurs, celle qui est le plus souvent le cœur de cible d’Hollywood, les mecs de 15/30 ans. Certes Dredd est trop violent pour les ados aux États-Unis, et le souvenir laissé par une première adaptation du comic-book avec Stallone a pu ringardiser le héros. Mais lorsqu’il fut annoncé que des producteurs allaient relancer le personnage du juge futuriste au cinéma pour faire oublier le nanar de Stallone passant régulièrement en VF sur NT1 ou NRJ12, le potentiel que la série B musclée attendue fasse parler à sa sortie était là.

Sorti en salles aux États-Unis en septembre, mois de disette du box-office, après avoir été longuement repoussé, Dredd s’y est mangé le trottoir en beauté. Même si le film n’avait pas coûté si cher que cela pour une telle production (40 millions de dollars), le four fut flagrant (à peine plus de 13 millions de dollars de recettes, quand la version avec Stallone, sortie il y a 18 ans à une époque où les places de cinéma étaient bien moins chères, en avait rapporté 34 millions). Ouch. Lorsque je ratai la projection du film en clôture de L’Étrange Festival, j’eus un mauvais pressentiment… Et si j’avais manqué là l’unique projection sur grand écran à laquelle la France aurait droit ? Le murmure se faisait déjà entendre à l’époque, parlant d’une sortie directement en DVD… Le mauvais pressentiment s’est confirmé, puisque Dredd de Pete Travis sort donc directement en DVD en France dans quelques jours. Des amis l’ayant vu en salles en Corée avaient beau m’avoir dit « C’est nuuul », nos goûts sont trop éloignés pour que je ne me doute que mon appréciation risquait de s’avérer différente.

Au scénario, Alex Garland, auteur et scénariste fréquent de Danny Boyle, derrière la caméra, Pete Travis, réalisateur du solide « Angles d’attaque » (qu’il fallait tout de même arrêter de regarder à 15 minutes de son dénouement ridicule), en tête d’affiche, Karl Urban, acteur intéressant pour le moment sous-employé dans le cinéma américain – et ce n’est vraisemblablement pas Dredd qui changera la donne pour lui. Si je n’ai jamais lu le comic book à l’origine du film, la vision du Judge Dredd premier du nom avec Sylvester Stallone sous le casque, kitsch à souhait, a suffi à me convaincre qu’il y avait sûrement mieux à faire sur grand écran avec le personnage, et il est indéniable que Pete Travis s’en sort bien mieux que… que… que quiconque a réalisé la version Sly à l’époque.

Non que ce nouveau Dredd soit un grand film, on en est loin, même dans le genre qui est le sien. Mais le film avec Stallone avait suffisamment baissé les attentes, et à défaut d’être mind-blowing comme diraient les américains, ce nouveau Dredd est une série B diablement plaisante que j’ai eu la chance (ouf !) de découvrir en 3D sur grand écran, en me faufilant à une projection organisée chez Metropolitan.

Dans ce nouveau Dredd, point de Stallone qui montre sa tronche quand le héros est connu pour ne jamais retirer son casque dans le comic book, point de gigantisme raté et de blagues foireuses. Pete Travis nous entraîne sur le territoire du cinéma d’action aride, brutal et pince-sans-rire. Une aventure simple et directe ne cherchant pas à étirer la mythologie Dredd, mais plutôt à la traverser. Le décor est planté rapidement, Mega City One, mégalopole de 800 millions d’habitants dans un futur ravagé par la pollution et la criminalité. Les gangs y pullulent, et seuls les juges y font régner l’ordre, arrêtant les criminels, énonçant et exécutant la sentence dans la foulée (oui je sais, c’est pas un film de gauche). Dredd est l’un de ces juges, et avec une nouvelle recrue qu’il se voit confier, le voici parti pour une journée de boulot qui va l’envoyer dans une tour de 75000 habitants, contrôlée par un gang qui va placer ladite tour en quarantaine et tout faire pour ne pas laisser Dredd et sa recrue en ressortir vivants. Piégés en territoire fermé et hostile.

Étonnamment, Dredd se situe ainsi plus dans la mouvance du cinéma de John Carpenter (toutes proportions gardées), brut et claustrophobe, plutôt que dans le kitschouille auquel le film de Stallone nous avait habitués. Ce cinéma d’action cloisonné, j’en suis toujours friand, et Garland et Travis ont eu la bonne idée de planter Dredd dedans, dans ce cinéma où le danger rôde, la violence explose et le spectateur reste scotché à son siège. Le costume du juge va comme un gant à Urban, qui joue (un peu trop ?) de la mâchoire carrée à merveille.  Même si la 3D ne m’a pas franchement convaincu de son utilité, et que les ralentis ne sont pas franchement du meilleur effet (comme souvent), voilà un juge Dredd qui a de la gueule à défaut d’être inoubliable.  

17 commentaires:

I.D. a dit…

Une bonne série B qui va bien en DTV. Après... tu résumes bien la chose. Sinon, y a un p'tit côté "The Raid" notamment avec l'histoire de la tour (unité de lieu) et le bourrin qui accompagne tout ça (l'action).

Sans ça, va savoir si ce n'est pas le dredd de Sly (vraiment puant) qui a ruiné les entrées de cette version-là. Si les gens l'avaient en tête, c'était mort d'avance ! ;)

David Tredler a dit…

C'est effectivement inévitable de penser à "The Raid" en voyant le film, bien qu'il ait été tourné en même temps que le film indonésien et qu'on peut difficilement le taxer de le copier.
Mais c'est clair que l'image qu'a laissé le film de Stallone a probablement été nuisible à la destinée de cette nouvelle adaptation au BO...

Vinsh a dit…

J'ai un peu de mal à comprendre l'intérêt de faire un remake d'un film qui n'était déjà pas un énorme succès à son époque. A la limite, si on estime que les technologies et effets spéciaux actuels permettent de mieux rendre justice à l'intrigue, mais si en plus ils n'y ont pas mis les moyens...

David Tredler a dit…

Je trouve justement que tout l'intérêt d'un remake, plutôt que d'essayer de refaire un film déjà excellent qui a cartonné, c'est peut-être de prendre un film qui avait du potentiel mais qui a été mal conçu et qui s'est planté au box-office pour en faire quelque chose de mieux.
Même si en l'occurrence, le nouveau Dredd n'est pas un remake du film avec Stallone, l'intrigue n'a rien à voir, mais un retour au comic book d'origine. Et si le budget n'est pas énorme selon les standards hollywoodiens, le film a de la gueule. Ce qui est raté, c'est plutôt l'ajout de tics esthétiques superflus.

I.D. a dit…

> "mais si en plus ils n'y ont pas mis les moyens..."

On pourrait presque dire que le budget "moyen" a contribué à réfléchir le film autrement. Un mal pour un bien puisque ça oblige les mecs à réfléchir au système D, à concentrer l'action du film, etc. Pas sûr que le film aurait été le même avec des moyens plus conséquents. On aurait sans doute perdu le côté décomplexé de l'entreprise. On montre ce qu'il y a à montrer de l'univers post-apo' et hop, on enferme tout le monde pour réaliser un film sur le principe du jeu vidéo avec niveau. Peu de moyen donc mais le film offre du spectacle.

@David Tredler : il me semble que "The Raid" et celui-ci ont été fait plus ou moins en même temps. C'est intéressant parce que les deux cinéastes ont trouvé-là le moyen de faire des films accrocheurs sans avoir des budgets monstre. Un huit-clos et roule ma poule ! Bon après scénaristiquement...

David Tredler a dit…

Je suis assez d'accord avec toi ID sur le plan du budget. Parce que si c'est grâce au budget "moyen" qu'ils ont préféré concentrer l'intrigue et l'action, cela fut je pense bénéfique, plutôt que de s'éparpiller. En même temps, on peut se dire qu'ils réservaient éventuellement à une suite la possibilité d'explorer plus en avant l'univers de Dredd, et que vu le bide, ça n'ira pas plus loin. Dommage.

(et au fait ID, comment ça se fait que tu n'aies rien eu à dire à propos de mon Top 2012 ?! Tu me prépares un commentaire en 12 chapitres ou tu n'as vu aucun des films présents dedans ?) ;)

Martin a dit…

C'est vraiment pas mon genre de films d'habitude, mais tu en donnes une image sympa et donc tentante. Bon, j'ai quand même peu de chances de le voir, parce qu'à moins de le trouver à très petit prix, je n'ai pas envie d'acheter le DVD. Et comme je pense qu'il ne sortira pas au cinéma chez moi, d'après ce que tu dis...

En tout cas, tes premiers messages 2013 nous sortent un peu des sentiers battus. C'est cool, David. J'aime ton blog justement pour ça, ce juste mélange de films balisés et de découvertes. On sent toujours autant ta passion pour le septième art, donc ça fait vraiment plaisir à lire, même quand on n'a pas toujours le même avis et/ou les mêmes goûts.

Bref... vivement la suite ! ;-)

PS: je crois bien qu'I.D. boude les tops, parce que, pour une fois que je place un film asiatique au sommet d'un des deux miens... enfin, j'dis ça, j'dis rien... ;-)

David Tredler a dit…

Merci Martin, tes commentaires font toujours plaisir^^
J'espère que je maintiendrai le niveau toute l'année sur le blog, même si je risque d'écrire un peu moins souvent, comme tu as déjà pu le constater depuis un mois et demi. Mais je vise plus la qualité que la quantité, même si je n'ai pas la prétention de faire toujours de la qualité ;)
ID est un boudeur, il est comme ça. Ou il est occupé à regarder des films HK où les actrices sont peu vêtues... ;)

I.D. a dit…

David, Martin... mes chers amis. La réflexion prend parfois du temps. Je scrute ici et là les différents top, souvent offerts à nos yeux dès la fin 2012 (comme vous le savez). Je guette, me laisse entrainer tout en étant ébahi, abasourdi, consterné et... bref. Sachez que les Mikie Ng, Wong Wing-Fong et autre Amy Wong ne me détourneront pas de mon objectif, celui de lâcher un com' pour le seul principe d'écrire pour ne rien dire... ;)

David Tredler a dit…

Moi ce que j'attends aussi, en plus, c'est un Top des films préférés de la rédac de MIA, ou au moins de toi, même si je sens que tu vas me dire que tu n'as pas vu assez de films pour ça...

I.D. a dit…

Il n'y aura pas de classement sur MIA cette année. Nous avons été de mauvais élève. On a été voir peu de film sur grand écran et il y en a pourtant eu pas mal. En général, nous essayons d'aller voir un max de film venant d'Asie pour "inciter" la démarche des sorties en France, c'est vain vu que deux places de plus ou de moins ne font pas la différence mais bon. Bref, cette année, ce n'était pas ça.

Pour ma part, je retiendrais "I Wish", "Captive", "Headshot" ou encore "Guilty of Romance". Je pourrais citer "La Servante" mais je l'avais déjà vu après sa restauration ainsi que "2/Duo" vu lors du FPC 2010.

Je regrette d'être passé à côté des
"Saudade", "Hanezu, l’esprit des montagnes", "Apart together", "Fengming, Chronique d'une femme chinoise", "Le Fossé" (loupé même lors de sa diffusion sur Arte), "La Rizière", "11 fleurs", "Saya Zamuraï", "The Day he arrives", "In another country" (les 2 HSS, faut le faire) et "Genpin". Sans oublier le film de To, "La Vie sans principe".

J'ai un peu les boules en énumérant cette liste de "pas vu".

selenie a dit…

Bien aimé ce petit film, en tous cas bien meilleur que celui de Stallone. Manque juste un truc plus profond que "The raid"... 2/4

David Tredler a dit…

Effectivement ID, tu es passé à côté de quelques films qui valaient le détour. Saya Zamurai, les HSS... Saudade, je crois que c'est mon grand regret de 2012. Il a été si mal distribué, deux semaines après sa sortie il était quasi invisible, et avec sa durée, il avait besoin de mieux s'installer. Dommage.

Gizmo a dit…

Bonjour à tous ! Ce petit message pour un concours de référencement auquel je participe et qui se termine d'ici un mois... Likez mon blog dédié aux Gremlins, cultissimes, qui a du bercer votre enfance, n'est-ce pas ?!

http://guismoabord.wordpress.com/

et faites le buzz autour de vous pour que je puisse gagne de belles places sur Google ! :)

Merci mille fois !!!

film streaming a dit…

Dommage que ça soit du Direct to DVD j'aurais aimé me le faire dans les salles obscures sinon celui avec stallone est à regarder ici Film streaming
pour ceux qui sont intéressé.

Replay TV a dit…

Autant je n'ai pas ce remake, autant la version orignale qui passe souvent, comme tu le dis, sur la TNT Française m'a plus. Certes ce n'est pas le film du siècle mais j'aime bie. Je le regarde à chaque fois qu'il passe à la TV.

David Tredler a dit…

C'est un nanar amusant ;)

over-blog.com